top of page
  • Photo du rédacteurart+art Galerie

Nikita Kravtsov - Art + Activisme + Absurdité

Dernière mise à jour : 19 déc. 2023

Né à Yalta, en Crimée, en 1988, le conflit russo-ukrainien le touche particulièrement





Nikita Kravtsov est un artiste multimédia, diplômé de l’Académie Nationale des Beaux-Arts de Kiev, en 2013. Son travail est d’obédience activiste mais l’humour et l’absurde qui y transparaissent sont un des moteurs critiques importants.


Dès 2014, il crée une série, Île de Crimée, qui montre l’Ukraine incarnée par une femme, Gulliver, prise en otage par une armée de soldats lilliputiens. L’argent collecté par la vente des droits est reversé au profit d’Ong qui financent l’achat et la pose de prothèses aux anciens combattants qui ont été blessés lors de la reprise de l’aéroport de Donetsk.


Dès que la Crimée est annexée par la Russie, Nikita Kravtsov quitte l’Ukraine et de Londres à New York en passant par Berlin et Paris, avec des projets artistiques mêlant techniques traditionnelles et nouveaux médias, dénonce l’hégémonie russe. Et la guerre à venir.


En 2016, Nikita Kravtsov s’installe à Paris. Sans jamais rompre le lien qui le lie à l’Ukraine.

La tension permanente qui verra les troupes russes entraient dans le pays en mars 2022, l’incite à produire et à redessiner, La Guerre des Champignons, inspiré d’un livre éponyme de l’écrivain et illustrateur du 19ème siècle, George Narbut. En s’associant avec l’écrivain, Andrei Kurkov, Nikita Kravtsov propose son interprétation du conflit russo-ukrainien actuel. Un premier tirage, de grand format est publié suivi d’une réédition augmentée en 2023, chez l’éditeur Serious Publishing. Toujours en 2016, Nikita cofonde le collectif ThetOOth&therOOt avec la collaboration de la brodeuse Camille Sagnes Kravtsova. Le duo réalise des pièces de broderie de différents formats dont certaines sont entrées dans les collections publiques par des achats du musée de Rodez. Leur contenu développe une vision critique du conflit avec beaucoup d’humour que traduit l’association de pièces de tissus, de torchons et de fleurs artificielles en plastiques chinées dans des brocantes et marches aux puces. Des collages d’où ressortent des visions critiques de la société russe à travers des moments d’actualité recomposé.




Avec son « look » de punk, mais sans les chiens précise-t-il,i Nikita arrive à coordonner des actions avec de nombreux acteurs de la scène artistique ukrainienne en exil à Paris. Il élargit ainsi ses contacts avec des acteurs de la scène française. C’est ainsi qu’il réalise des affiches sérigraphiées dans l’atelier de l’École des Beaux Arts de Paris, renouant avec l’héritage de l’Atelier populaire de mai 1968. Les affiches qu’il imprime aussi à l’atelier de la Cité Internationale des Arts sont immédiatement collées sur les murs de Paris.


Pendant l’année 2022 Il mène diverses actions. Comme celle organisée par l’association Ukraine Amitiés et la BAGgalerie à Bordeaux : « War is not peace » où il peint une grande peinture en hommage aux victimes des bombardements, intitulée Free Fly Zone. Il participe aussi à la publication « Tout art contre la guerre » avec un dessin représentant un squelette, à la manière de Posada, mais portant une chapka qui joue de l’accordéon sur un tas de têtes de mort, cette représentation des premiers revers russes du conflit est intiulée Requiem Russe, stop Poutine ! l’humour noir et la dérision sont toujours en embuscade dans le travail de Nikita Kravtsov. Lors de la présentation de cette publication au Palais de Tokyo, en novembre de la même année, il réalise une performance, Russian Red qui reprend celle des nus bleus d’Yves Klein. Mais l’hommage rendu aux torturés de Butcha traité par ces corps dénudés et peint violemment en rouge et par la tension créée au sein du public renvoie par ailleurs la performance de Klein au rang du seul amusement pictural.



Que ce soit avec ses peintures murale monumentales à Paris, Vienne, Nairobi, ou ses collages inspirés de la tradition Dadaïste ou basiquement ses dessins et caricatures pour la presse, le travail de Nikita Kravtsov se développe aussi dans une critique sociétale globale incluant le domaine de l’art et le divertissement dont il a aussi conscience d’en être l’un des acteurs.




Pierre Ponant



 

Art + Activisme + Absurdité

Nikita Kravtsov


8 au 20 novembre 2023

15h - 20h


Vernissage

8 novembre

18h30 - 22h



art+art Galerie

28, rue de la Fontaine au Roi

75011 Paris





67 vues0 commentaire

Comentarios


bottom of page