top of page
  • Photo du rédacteurart+art Galerie

Sur la Route - exposition de Olivia Clavel chez art+art Galerie

du 13 mars au 7 avril 2024




penture de Olivia Clavel


art+art Galerie et Pierre Ponant vous invitent à l’exposition Sur la Route - Olivia Clavel.

Vernissage le jeudi 14 mars 2024 de 18h30 à 22h00, en présence d'artiste.



Connue dans les années 1970 comme une figure incontournable de la scène parisienne punk, Olivia Clavel a commencé sa vie artistique bien avant l’arrivée de la nouvelle culture explosive qui a balayé les espoirs des hippies de changer le monde avec l’amour et la paix.


Inspirée depuis toujours par des bandes dessinées comme Tintin, Spirou, mais aussi par les comix américains de Robert Crumb et Gilbert Shelton, popularisés en France par le journal Actuel, Olivia Clavel commence à publier à 14 ans chez Actuel, Charlie Mensuel, Hara Kiri, Pilote, Écho des savanes et C’est à cette époque qu’elle crée son personnage Joe Télé qui va traverser au fil des années sa vie artistique, restant le héros principal de ses œuvres récentes. « Mon personnage Télé n’existerait pas sans Tintin. Mes références sont plutôt les bandes dessinées que la peinture », dit Olivia Clavel. Ni garçon, ni fille, mais non plus une simple machine, Joe Télé s’est débranché pour vivre sa propre vie, tout comme Olivia Clavel qui ne voulait jamais s’enfermer dans les cadres bien définis par la société. C’est pour cette raison qu’elle ne dessinait jamais de cases droites dans ses BD, contournant ainsi les conventions de la bande dessinée traditionnelle.


Faisant voyager Joe Télé dans les espaces urbains de la période punk jusqu’aux forêts sauvages et dans l'espace cosmique de ses dernières toiles, Olivia Clavel raconte sa propre vie, réelle et imaginaire, montrant qu’il n’y a pas de frontière flagrante entre ces deux univers. En s'identifiant à son personnage, elle exprime également sa révolte contre les rôles imposés aux sexes, opposés par la société. « Mon idée était plutôt la télé trans, entre deux sexes ; je suis moi-même une Trans Télé. La société dit qu’il faut toujours être soit une fille qui obéit, soit un garçon macho, donc j’ai choisi d’être la Télé, un être humain différent », déclare Olivia.


peinture de Olivia Clavel

Membre fondateur du groupe de graphistes Bazooka, Olivia Clavel a été la première à adopter les codes punks au sein de leur collectif. Son esprit rebelle était proche de l’attitude subversive des acteurs de la nouvelle scène musicale. Déjà, depuis 1976, elle consacre des dessins aux groupes punk SexPistols, StinkyToys, puis crée, avec Loulou Picasso, une couverture de l’album d’Asphalt Jungle en 1978.


Ayant révolutionné le graphisme en France avec ses camarades de Bazooka - Kiki Picasso, Loulou Picasso, Bernard Vidal, Lulu Larsen et Ti5 Dur - Olivia Clavel est toujours restée fidèle à son personnage, Joe Télé, qui côtoie les musiciens punk et les personnalités du monde politique sur les pages du Bulletin Périodique et du Regard Moderne. En même temps, ses dessins apparaissent dans plusieurs journaux de l'époque, tels que L'Écho des savanes, Charlie, Métal Hurlant, Ah! Nana.


Bien que les aventures de Joe Télé se soient continuées dans les années 1980 dans les livres Matcho girl (1980), Télé au royaume des ombres (1983), Olivia Clavel a décidé de sortir de la page imprimée en agrandissant ses cases jusqu’au format d’un tableau. Désormais, chaque image raconte une nouvelle histoire, tout en continuant le fil narratif de son histoire sans fin.




peinture de Olivia Clavel

Passant de la bande dessinée au carton puis à la toile, Olivia Clavel quitte le monde des salles de concert, des rues et des immeubles pour voyager dans une réalité parallèle, dans un bus cosmique, conduit par un japonais Errant mystérieux, à travers des paysages forestiers jusqu’aux étoiles de la Galaxie. Joé Télé resurgit dans les peintures d’Olivia Clavel avec un rôle d’investigateur de mondes invisibles. De même que, jadis, un lézard était complice de ses nombreuses aventures urbaines sur les pages de ses bandes dessinées, un nouveau compagnon, un chat noir, Heatkliff, le suit sur ses toiles dans sa quête permanente de la sagesse de l’Univers. De temps à autre, ses personnages se déplacent sur un cheval ou un cerf, qui les amène, comme dans La reine de neiges - un conte cher à Olivia -, dans des pays inaccessibles. Emportés par le flux de l’énergie cosmique, ils ne s’arrêtent presque jamais, à l’instar de chaque élément de l’Univers qui se trouve dans un mouvement perpétuel, créant ainsi le cycle éternel de la Vie.


Les personnages humains, quasiment absents dans ses tableaux, font place aux arbres, fleurs et entités étranges anthropomorphes qui nous rappellent que la réalité est plus complexe que ce qui s’ouvre à nos sens. La frontière entre la vie réelle et le monde invisible s’estompe, car même les fenêtres des maisons, sur les toiles d’Olivia Clavel, s’ouvrent dans des dimensions parallèles. Tout s’anime, vibre et interagit dans ses tableaux, car, dans cette réalité parallèle, chaque élément, même le sol respirant avec ses carrés, est vivant. En même temps, des couleurs fluorescentes allument une énergie mystique dans chaque brindille d'herbe, de même qu’une étincelle d’étoile filant sur le ciel infini.




peinture de Olivia Clavel

Bien que la bande dessinée ait toujours été la principale source d’inspiration d’Olivia Clavel, celle-ci se passionne très tôt pour les livres de Baudelaire, Arthur Rimbaud, Robert Desnos et surtout pour un poème, « Le condamné à mort », de Jean Genet et pour un roman « À la recherche du temps perdu » de Marcel Proust. Mais les deux auteurs, Philip K. Dick et Carl Gustav Jung, ont eu un impact crucial sur la création artistique d’Olivia Clavel. L’auteur de science-fiction et le médecin psychiatre qui, chacun à sa façon, ont fait voyager leurs lecteurs dans les espaces cosmiques, se réunissent plusieurs fois dans ses tableaux autour du Yi-King dont ils étaient de fervents adeptes, comme Olivia Clavel elle-même. Loin des croyances religieuses, le mysticisme anarchique, dans les œuvres d’Olivia Clavel, nous renvoie à la recherche des secrets de la conscience qui cache le savoir universel encore peu étudié des humains.


Depuis toujours, se définissant comme une créatrice de bande dessinée, Olivia Clavel, avec ses dernières toiles fluo de grand format, montre que la forme d’expression ne peut pas être réduite au médium. Regardant ses dessins sur les pages des journaux ou pénétrant dans l’espace de ses toiles, nous sommes toujours happés par l’univers qui, au-delà de la narration, cache des sens multiples à travers les symboles qui abondent dans toutes ses œuvres.




Animation de Olivia Clavel



 




art+art Galerie et Pierre Ponant présentent


Sur la Route

Olivia Clavel


VERNISSAGE : Jeudi 14 mars | 18h30 - 22h


Exposition

du 13 mars au 7 avril 2024

Mardi - Samedi | 15h à 20h

Dimanche et Lundi sur RDV




127 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Commenti


bottom of page